Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 20 septembre 2019 à 19h

Rencontre avec le collectif PUMA autour du livre Carrière Miséry, destruction de la ville sauvage, aux éditions à la criée.

La diversité, ce n'est pas rien, c'est la condition même de la vie - et de la vie bonne.

Ce qui arrive aujourd'hui à la carrière Miséry, dans le quartier du Bas-Chantenay à Nantes, une carrière unique en Europe selon les mots de Gilles Clément, un morceau de ville sauvage en devenir, incarne cet aménagement prétendument transitionnel qui consiste en réalité à extirper la diversité végétale, animale, mais aussi sociale et culturelle.

L'exécutif métropolitain capture la carrière à l'été 2016 et y organise à grands frais la propagande d'un projet touristique contestable, l'arbre aux hérons, servi par un jardin annoncé extraordinaire : poétique obligatoire et simpliste, fragilité industrielle et technologique, économie dirigée et ultra-subventionnée, obligation faite aux acteurs locaux d'y adhérer.

Le chantier a démarré. Il n'est pas beau à voir.

Défoncer et scalper un des rares morceaux de ville sauvage pour y installer une cascade artificielle dans le temps de l'échéance électorale ? Forcer les imaginaires, les réduire à des actes de consommation touristique et à une révérence subventionnée ? Obliger la communauté à une nouvelle bulle spéculative dans tout un quartier ? Voilà quelques questions que la friche Miséry nous pose par sa modestie et sa discrétion mêmes.

Le livre du collectif nantais PUMA (pour une métropole appropriée, autogérée, aquatique, assez chouette, amoureuse, à compléter, etc.) s'inscrit dans un mouvement de protection et d'usage en commun de la carrière Miséry qui a maintenant plus d'une dizaine d'années.

Entrée libre

Source : message reçu le 25 juillet 11h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir